mardi 31 mai 2016

Soutenez les bénévoles français qui aident les soldats ukrainiens.

La FUSA - (French & Ukrainians Supporting Army),organisation d'aide aux soldats dont s'occupe l'ami Tarkan, permet de fournir aux soldats ukrainiens et aux régiments de volontaires les équipements indispensables. Ils apportent aussi leur aide aux populations civiles qui vivent à proximité de la zone de guerre. Leur prochain convoi part le 9 juin sur le front pour les ravitailler. N'hésitez pas à les soutenir !
 
Page facebook de la FUSA :
 
https://m.facebook.com/frenchukrainianssupportingarmy/ 
 
Plate-forme de vente pour financer leur action:
 
http://www.support4ukraine.com
 
 La structure d'aide aux enfants:
 
https://m.facebook.com/sfukr/ 
 
 


 

samedi 16 avril 2016

ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM

Publication d'un article de l'ami Jurek.

Comment expliquer qu'à côté d'hommes remarquables comme les 3 Andrei (Andrei Zoubov, Andrei Illarionov et Andrei Piontkovsky) ou encore le courageux Sacha Sotnik, il existe en Russie actuellement tant d'hommes chargés de haine, frappés de fièvre obsidionale et d'idées de grandeur et d'Empire complètement déplacées ?

Pourquoi existe-t-il en Russie tant de personnes qui cherchent à réécrire l'histoire ? Certains n'acceptent pas avoir été conquis par la Horde d'or, ils disent ''comment est-il possible que nous ayons été conquis par les Mongols ? Il faut voir ce qu'ils sont actuellement, ce sont des éleveurs nomades, tout ce qu'il y a de plus pacifiques. C'est impossible qu'ils nous aient conquis, ce serait trop affreux, l'histoire qu'on nous a enseignée est fausse'' et ils font des élucubrations sur la Horde d'or.

Pourquoi des Russes refusent-ils que les Varègues, des envahisseurs venus de Scandinavie, aient pu organiser la Rous de Kiev et lui donner ses premiers souverains et même donner son nom à la Rous? (les Finnois et Estoniens appellent la Suède respectivement « Ruotsi » et « Rootsi ») « Ce sont les Suédois au XVIIème siècle qui nous ont fait croire cela mais c'est faux, notre nom ne peut être d'origine germanique, il est très ancien et ce ne sont pas des Scandinaves qui ont organisé notre Etat ».

L'alphabet russe ne doit pas s'appeler cyrillique, il n'est pas dérivé de l'écriture grecque, c'est l'écriture grecque qui est dérivée de l'alphabet russe que nous avons créé il y a très longtemps, d'ailleurs des fouilles archéologiques bla, bla, bla...

Il existait un peuple brillant qui a connu son apogée en Toscane, en Italie du Nord juste avant que Rome n'apparaisse. Ce peuple a laissé de nombreuses sculptures, parfois fort belles, et des inscriptions assez nombreuses dans une écriture apparentée au grec et en une langue qu'on ne sait pas traduire sauf quelques mots (cette langue n'a que peu de mots présentant des correspondances avec ceux de langues indoeuropéennes et elle a une structure de langue agglutinante, ce qui n'est pas indoeuropéen). Virgile affirme dans son Enéide que les Etrusques sont venus de Troie après la guerre du même nom. Un savant a essayé au XIXème siècle de trouver des traductions en imaginant des correspondances avec le vieux-slave ; il n'a pu avancer beaucoup mais toutefois suffisamment pour que des Russes soient persuadés que les Etrusques sont leurs ancêtres. Alexandre Douguine, le grand penseur et philosophe russe admiré par un certain nombre de Français, a dit ''Этруск Это русский'' [Etrousk Eto rouski] ''Etrusque c'est russe'' et il affirme que ce sont les Russes et les Turcs qui sont descendants des Etrusques « d'ailleurs nous avons toujours été près des Turcs et de la Horde d'or... »

lundi 28 mars 2016

Entretien du journaliste Alexandre Sotnik et de l'historien Andreï Zoubov.






Traduction légèrement abrégée réalisée par l'ami Jurek :

AS : - Aujourd'hui j'ai un interlocuteur très intéressant, le professeur Andreï Zoubov, docteur en sciences historiques. Bonjour, Andreï Borisovitch !

AZ : Bonjour, Aleksandr Vladimirovitch !

AS : Andreï Borisovitch, ces derniers temps on dit de plus en plus souvent que la Russie s'enlise dans le fascisme et on dit qu'il n'y a pas d'autre sortie du fascisme qu'une victoire militaire sur lui. Partagez-vous ce point de vue ?

AZ : Je suis en effet d'accord pour dire que des éléments de fascisme, de fascisme et non de nazisme sont apparu ces dernières années et même depuis nettement plus de deux ans en Russie avec la formation d'un État corporatiste autoritaire avec une idéologie nationaliste. C'était justement là-dessus qu'était construit l’État fasciste italien (----) (comparaison avec les nombreux États fascistes européens entre les deux guerres). Et maintenant ces tendances se manifestent de nouveau en Russie, en particulier un État corporatiste, nationaliste, autoritaire...

AS : Caudilliste.

AZ : Oui, caudilliste certainement. (---)

AS : Et l'idée d'Empire comme en Italie ?

AZ : Oui l'idée d'Empire comme en Italie mais cet Empire n'a pas très bien marché car les Italiens n'ont pas su soutenir aussi sérieusement Mussolini que les Allemands ont soutenu Hitler. Je pense que la Russie n'a pas le même potentiel militaire, industriel, humain que l'Allemagne d'alors, par ailleurs, quoique je sois assez opposé à la géopolitique, Rudolf Kjellén, un savant suédois du début du XXème siècle a dit que l'augmentation de la population ne témoigne pas forcément d'un développement dynamique positif de l’État mais qu'en revanche la diminution de la population témoigne à coup sûr d'une dégradation de l’État. Ce qui fait que nous nous trouvons dans la situation d'un État qui se dégrade ne serait-ce que pour ce symptôme mais en fait pour beaucoup d'autres. La Russie n'a jamais été aussi dépendante de ses matières premières ni à l'époque tsariste, ni à l'époque soviétique.

AS : Et encore, nous améliorons la démographie avec l'immigration d'Asie centrale.

AZ : Et même, cela ne suffit pas à améliorer la démographie. Ce qui fait que la Russie n'est dangereuse dans le monde que pour certains car elle a hérité de l'arme nucléaire de l'Union Soviétique et, comme la Corée du Nord, elle est menaçante, mais selon moi elle n'est très dangereuse que pour ses voisins, elle l'a montré avec ses actions en Ukraine en 2014 et son soutien au régime de la Syrie d'Al Assad qui est du même type.

AS : Pensez-vous que le problème de la Russie actuelle, si agressive, si imprégnée de l'idée impériale puisse être résolu pacifiquement ?