mardi 30 juin 2015

Inréalité.

"Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l'affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l'affaire, jusqu'à ce que personne n'y comprenne plus rien."

Charles Pasqua.

http://static1.purepeople.com/articles/5/13/26/05/@/1316474-charles-pasqua-obseques-de-lucien-950x0-1.jpg

lundi 29 juin 2015

La Chine veut que la Grèce reste dans la zone euro.

Le premier ministre chinois Li Keqiang a affirmé lundi qu'il voulait que la Grèce reste dans l'eurozone et a promis que Pékin investirait dans le nouveau fond structurel de l'UE.

"C'est dans l'intérêt de la Chine. Nous voudrions que la Grèce reste dans la zone euro et nous prions instamment les créanciers internationaux de trouver un accord avec les Grecs", a affirmé Li devant des hommes d'affaires lors d'une conférence qui précédait le sommet UE-Chine. Il a aussi promis que la Chine investirait dans le nouveau fond de 315 milliards d'euros lancé par le Président de la Commission Européenne JC Junker, et qu'elle achèterait des bons de la Banque d'Investissement Européenne.

 "Nous sommes prêts à travailler avec l'Europe afin de renforcer la coopération en matière d'investissements. La Chine est désireuse de participer au programme européen d'investissement pour l'Europe et de faire une avancée dans le domaine du développement d'infrastructures" a ajouté Li, "La Chine veut participer au plan de l'UE".


Tian Guoli, directeur de la Bank of China, s'inquiète : "Récemment la crise de la dette grecque et l'instabilité du taux de change de l'euro ont réveillé notre préoccupation" révèle-t-il dans une interview donnée au journal de langue anglaise China Daily. "Nous espérons sincèrement que l'euro ainsi que les marchés financiers européens vont se stabiliser". [...]

Pour Wang Chin, de Westlake Europe une compagnie de pièces détachées pour l'automobile : "Nous ne nous intéressons qu'aux conséquences. Politiquement cela n'a aucune importance que la Grèce reste ou non dans l'eurozone, mais pour nos affaires nous avons besoin d'un euro stable". [...]

Guo Taicheng, directeur du Shing Kee Group: la volatilité de l'euro "ralentira le commerce entre l'UE et la Chine".

Pour l'avocat Haibin Xue, présent lui-aussi au sommet UE-Chine, la Chine a un intérêt géopolitique à ce que l'euro soit fort, parce que de cette manière l'équilibre entre puissances se déplace davantage vers un monde multipolaire, qui s'oppose au monde unipolaire dirigé par les USA. Ainsi "La Chine aimerait que la zone euro soit forte et stable".

Source.

L'actuel gouvernement grec est un conglomérat étrange de communistes et de nationalistes dont le seul point commun est d'être des fantoches du Kremlin. Leur rôle est de déstabiliser voire de faire éclater la zone euro et l'UE au bénéfice de la Russie. Mais tout cela ne semble pas être du goût des Chinois qui voient là une atteinte directe à leurs intérêts commerciaux. Tout cela a au moins le mérite de démonter le mythe des BRICs et de la "lune de miel" entre la Chine et la Russie tant vantée par les médias russes. On voit aussi que les Chinois ne voient pas l'UE comme un outil des Américains pour établir je-ne-sais-quel Nouvel Ordre Mondial, mais au contraire comme un frein à leur hégémonie.


Les Inconnus - Articulation


mercredi 17 juin 2015

Un prince séoudien en visite à Moscou.

Le Prince héritier Mohammed Ben Salman se rendra mercredi en Russie pour une visite officielle.

Cette visite est une réponse à l'invitation faite par le gouvernement russe et conforme à la directive du roi Salman Ben Abdelaziz selon une déclaration du porte-parole de la Cour.

Le prince Mohammed s'entretiendra avec le Président Poutine et les plus hauts dignitaires russes.

Cette visite vise à renforcer encore davantage les relations bilatérales ainsi que la coopération dans divers domaines.

Les relations historiques entre les deux pays remontent à 1926, année où l'URSS devint la première nation à reconnaître le Royaume d'Arabie Séoudite. Depuis lors leurs relations ont connu une croissance remarquable.

En 1930, le consulat d'URSS à Jeddah devint une ambassade, rapporte la Saudi Press Agency. 

Source.