dimanche 27 septembre 2015

Les théâtres dans les États du pape.

Dès les années 1585-1590, Sixte Quint avait promulgué un premier décret visant à empêcher les femmes de jouer au théâtre, l'opéra n'existait pas encore. Cette mesure ne dura pas et n'eut pas de conséquences pendant les quelques décennies suivantes. La naissance de l'opéra, puis son succès rapide et croissant au cours du XVIIème siècle commença à attiser les conflits entre public, artistes et papauté.[...] La situation parvint à se maintenir jusqu'à Clément IX (1667-1669), fort bien disposé envers la musique puisqu'il était lui-même l'auteur d'opéras [...]. Le pape n'y faisait cependant aucune concession aux femmes ; tous les rôles féminins étaient interprétés par des castrats, accompagnés de quelques ténors et basses.[...]

Clément X se montra encore plus libéral puisqu'il laissa très volontiers les femmes remonter sur les scènes ; celles-ci obtinrent de francs succès pendant les saisons d'opéra 1669-1676, en particulier au théâtre Tor di Nona. Leur popularité, mais aussi leur frivolité et les scènes de débordement collectif qu'elles occasionnaient ne firent qu'exaspérer le successeur de Clément X, le fameux pape "Minga", Innocent XI, déjà mal disposé par nature envers la gent féminine. A son accès au trône, les décrets allèrent bon train : il interdit catégoriquement aux femmes de monter sur scène, prohiba les spectacles publics payants et fit même tout son possible pour empêcher les spectacles privés gratuits, menaçant les castrats qui y participaient de se voir interdits dans les églises de la Ville Éternelle. Les Romains, qui n'étaient pas des gens à s'en laisser compter, surtout dans le domaine des divertissements, contournèrent très vite le véto papal en faisant venir des castrats de l'extérieur des États Pontificaux, qui n'avaient cure des interdictions du pape, et en imaginant des subterfuges pour donner une apparence privée à des spectacles publics et payants. La misogynie de Sa Sainteté s'abattit jusque sur les vêtements féminins dits "à la française", c'est-à-dire trop décolletés : il envoya ses sbires dans toutes les blanchisseries de la ville pour confisquer les chemises féminines jugées indécentes. La Reine Christine de Suède, alors exilée à Rome, y trouva une fois de plus matière à affronter le Pape, ce dont elle se délectait : elle inventa une panoplie de vêtements surnommés "Innocentianes" qui parodiaient et ridiculisaient les prescriptions d'Innocent XI, et avec lesquels elle et sa cour se rendaient au Vatican pour mieux le faire enrager.

mercredi 23 septembre 2015

Amour, Paix et Tolérance® - Vivrensemble™



"Une des plus anciennes mosquées à Moscou vient d'être reconstruite sur son emplacement historique, c'est désormais la plus grande d'Europe. Avec son style magnifique et moderne, elle est digne de la capitale de notre pays uni, multi-ethnique et multi-religieux. Elle est digne de la Russie, où l'Islam est, je tiens à insister sur ce point, en vertu de la législation russe, l'une des religions traditionnelles de la Russie, et qui compte des millions de citoyens russes parmi ses fidèles. [...]
Nous sommes reconnaissants envers les gouvernements turcs et kazakhs pour leur contribution à la reconstruction de la mosquée.

Il est certain que la mosquée deviendra un centre spirituel majeur pour Musulmans de Moscou et de toute la Russie. Elle fournira un enseignement et diffusera les idées humanistes et les valeurs authentiques et véritables de l'Islam.[...]

Aujourd'hui l'Islam fait partie intégrante de la vie spirituelle de la Russie. Les valeurs humanistes de l'Islam, comme celles des autres religions traditionnelles, enseigne la compassion, la justice et l'amour des autres .... bla bla bla bla bla bla bla ....."

mardi 22 septembre 2015

Inauguration de la Mosquée Cathédrale de Moscou.

Le 23 septembre 2015, jour de l'Aïd el Kébir, sera inaugurée à Moscou la toute nouvelle Mosquée Cathédrale. Avec ses 18900 m2 de surface et sa capacité d'accueil de 10000 personnes, elle est la plus grande mosquée d'Europe. Elle comporte 6 étages, une salle de prière pour les hommes et une autre pour les femmes, ainsi qu'une salle d'exposition et une salle de conférence. La précédente mosquée trop petite avait été détruite en 2005. Cette construction est réalisée à la demande du Conseil des Muftis de Russie, afin d'éviter l'encombrement des rues lors des fêtes musulmanes. Les Musulmans représentent en effet près de 15% de la population de la ville.

Fidèles musulmans lors dе la rupture du jeûne du Ramadan à Moscou.


C'est Vladimir Poutine lui-même qui présidera l'inauguration, comme l'a annoncé le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov, en compagnie du Président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, du Président turque Recep Erdoğan et d'autres personnalités de divers pays musulmans, dont le Qatar, le Koweit et l'Arabie Saoudite. C'est d'ailleurs vers ces pays que l'agence sanitaire russe Rosselkhoznadzor a autorisé l'exportation de viande de poulet halal : une aubaine pour les éleveurs russes.

(Regarder la vidéo de la cérémonie)


 Images aériennes de la Mosquée Cathédrale. Les travaux sont en cours d'achèvement.

vendredi 18 septembre 2015

Assad : issue de secours de Poutine.

"L’analyste politique Andreï Piontkovski assure que Poutine, avec son intervention en Syrie, s’efforce de ne sauver personne d’autre que lui-même en utilisant la porte de sortie nommée Bashar-al-Assad. Andreï Piontkovski prédit un échec complet de cette aventure politique. Poutine ne réussira pas, cette fois-ci, à berner l’Occident, mais contribuera à accroître le divorce de « l’élite nationale » russe avec son président."

mardi 8 septembre 2015

Le KGB en France. (partie 2/4)

(lire la première partie)

La mesure active la plus ambitieuse mise en place par l'antenne parisienne [du KGB] pendant la présidence de de Gaulle fut la création, en 1961, d'une nouvelle agence de presse, le Centre d'Information Scientifique, Économique et Politique (CISEP), par le biais Pierre-Charles Pathé, un agent du KGB récemment recruté (nom de code PECHERIN, plus tard MASON). Ce journaliste, fils du magnat du cinéma qui avait fondé l'agence cinématographique Pathé, avait attiré l'attention du KGB quelques années auparavant après qu'il eut publié un ouvrage naïvement pro-soviétique : Essai sur le Phénomène Soviétique
Les cruautés de Staline ne sont qu'une maladie infantile. La victoire de l'Union Soviétique est celle d'une vision juste de la marche de l'Histoire. L'URSS, ce laboratoire d'idées nouvelles pour le développement le plus avancé de notre société, va dépasser le gigantisme des USA.
De 1961 à 1967, le KGB paya Pathé 6000 francs par mois pour que son centre publie un bulletin hebdomadaire (nom de code OBZOR), qui était vendu sur abonnement mais aussi envoyé gratuitement aux faiseurs d'opinion du monde politique, journalistique et diplomatique.

Le but principal des mesures actives mises en œuvre par les autres agents d'influence de l'antenne parisienne pendant les premières années de la Vème République, était de mettre à mal les relations franco-américaines, d'encourager un rapprochement franco-soviétique et d'éloigner la France de l'OTAN. Saar-Demichel rapportait des progrès sur les trois fronts. Son moment de gloire en tant qu'agent du KGB vint en mars 1965, à l'occasion d'une visite à Moscou lors de laquelle il devait négocier la vente du système SECAM français à la télévision soviétique. C'est là qu'il annonça à son officier traitant que De Gaulle souhaitait visiter l'URSS l'année suivante. De Gaulle, prétendait-il, n'attachait aucune importance aux différences idéologiques entre la France et l'URSS et lui avait dit que :
La Russie était et continuerait d'être une grande puissance en Europe. Les qualités remarquables du peuple russe demeuraient les mêmes malgré l'idéologie du gouvernement communiste, mais à l'heure actuelle l'idéologie communiste agissait comme un lien qui unissait cette vaste fédération multinationale. Toutefois, ce n'était pas des raisons idéologiques mais la raison d'état qui jouait le rôle principale.

Au sujet de la réunification de l'Allemagne, à laquelle s'opposait résolument l'URSS, De Gaulle souhaitait la retarder le plus possible : "Le plus tard sera le mieux". Le Centre [NdT : QG du KGB], qui devait certainement exulter, transmit le message de Saar-Demichel au Comité Central.

samedi 5 septembre 2015

Rapport des services secrets tchèques sur les activités de subversions russes.


In 2014, based on the international and domestic political situation and threat level posed to the interests of the Czech Republic and its citizens the BIS focused mainly on Russian, Chinese and Ukrainian activities in the Czech Republic.

As in previous years, the BIS concentrated on the high number of Russian intelligence officers living or engaging in activities in the Czech Republic. Given the high numbers of Russian intelligence officers travelling to the Czech Republic and to the Czech Republic’s responsibility to secure not only its own security but also the security of its allies in the Schengen Area, the BIS aimed to decrease the number of Russian intelligence officers entering the Schengen Area via the Czech Republic.

In 2014, Russian intelligence services focused on Czech power engineering, on issues related to its further development, and on the scientific and technical sector. Russia continued in its attempts to exert influence over the Russian community in the Czech Republic, or more specifically to establish pro-Kremlin organizations and individuals as representatives of the Russian community responsible for the communication with Czech state institutions and bodies.

Intelligence has confirmed that Russia does not consider its ongoing interest in Czech nuclear power engineering as fighting a losing battle. This interest has only become less conspicuous. In 2014, Russian interests in the Czech Republic have broadened (the Temelín and Dukovany nuclear power plants, supplies of nuclear fuel) and include also the State Energy Concept and all entities even indirectly involved in fulfilling the goals of Czech energy policies. Russia started perceiving Czech nuclear power engineering in a broader Central European context aiming to make good use of investments and efforts devoted to creating, managing, stabilizing and future exploitation of networks expanding Russian influence in Central Europe.

Activities of Russian intelligence officers and their associates in the Czech Republic are in direct contradiction to “expert and knowledgeable” comments claiming the Czech Republic does not have anything of interest to Russian espionage. However, Russia is greatly interested in Czech Republic’s participation in international scientific and technical projects linked to obtaining access to funds from Czech and European grants. This access could be provided by Czech middlemen working with Russia. Russia not only aims to gain competitive advantage over the Czech Republic and the EU but also strives to secure funding for its activities from the Czech Republic and the EU.